Retour sur la PLM650

Village départ de la PLM 650

Le weekend dernier avait lieu la 8e édition de la Plastimo Lorient Mini, aussi appelée PLM650. 70 bateaux et 140 skippers inscrits et impatients de participer à leur premiÚre course de qualification ont du prendre leur mal en patience en raison des mauvaises conditions météos rencontrées obligeant le comité de course à reporter 2 fois le départ. Une grosse dépression a en effet frappé la cÎte bretonne avec des rafales de vent à prÚs de 45nds (83km/h) et une houle de 5m ! 

Préparation du bateau avant le « faux » départ de la PLM 650 vendredi soir.
ContrÎle sécu avant le départ. Objectif : sortir le radeau en moins de 15 secondes !

L’organisation a finalement envoyĂ© le dĂ©part de la course samedi matin sur un parcours raccourci de 95MN entre Lorient, Belle-ile et la pointe du Croisic. Les conditions sont idĂ©ales pour ma premiĂšre course de la saison, mais surtout ma premiĂšre course Ă  bord de mon mini 727. Le dĂ©part se fait au portant et toute la flotte descend sous spi max dans 6-7 nds de vent pour rejoindre la pointe du Croisic et passer la cardinale ouest « Basse Castouillet ». 

Avec Fabien, mon Ă©quipier, nous dĂ©cidons de prendre un dĂ©part en second ligne, Ă  la bouĂ©e viseur pour un dĂ©part bĂąbord amure afin de longer la cĂŽte et la presqu’üle de Quiberon. Une option qui paie car nous arrivons a toucher un peu plus d’air et Ă  rejoindre les premiers de la flotte au niveau du passage de la Teignouse. Nous perdons quelques places lors de la remontĂ©e au prĂšs vers Belle-ile, mais nous compensons cette perte par un cap au nord de la flotte, qui nous rapproche de notre destination. 

À la tombĂ©e de la nuit, le vent tombe totalement et l’ensemble de la flotte est Ă  la dĂ©rive, portĂ©e par les courants. Nous reculons de 2MN pendant la nuit. Aux alentours de 2h du matin, le vent commence Ă  remontĂ© et nous envoyons notre spi max discrĂštement Ă  la lueur de la lune pour ne pas rĂ©veiller ni alerter nos voisins. Nous arrivons Ă  nous dĂ©gager des bateaux alentours et le vent continu de monter. Il atteint 16nds alors que nous sommes Ă  l’Ouest de Belle-ile. Nous dĂ©cidons d’affaler le spi et d’envoyer le Code 5 pour ne pas nous faire emporter au passage de la pointe de Nord de l’ile. Le bateau va vite, il surf sur les vagues Ă  12-13nds et nous dĂ©passons plusieurs bateaux. Nous continuons de surfer sur les vagues sous Code 5 jusqu’à l’ile de Groix, malheureusement le vent continue de monter et dĂ©passe maintenant les 20nds, avec des rafales Ă  23-25nds. Cela devient compliquĂ© de tenir le bateau et nous n’avons pas assez d’eau pour affaler correctement la voile d’avant. Nous devons affaler en catastrophe la voile au 100Âș du vent rĂ©el dans 20nds avec une houle qui se forme de plus en plus. La manoeuvre nous faire perdre beaucoup de temps, on manque de perdre la voile Ă  l’eau, mais pire encore il est trop tard pour renvoyer le gennaker et nous nous faisons doubler par 7 ou 9 bateaux Ă  quelques miles de l’arrivĂ©e. Nous terminons Ă  la 39e place (sur 70) au classement gĂ©nĂ©ral et 13e sur 17 dans la catĂ©gorie prototypes. 

Nous sommes malgrĂ© tout satisfait de notre course dans son ensemble. Notre stratĂ©gie Ă©tait bonne, notre trace est belle et les performances du bateau tiennent la route face aux autres bateaux de mĂȘme gĂ©nĂ©ration et nous finissons mĂȘme Ă  moins de 2h derriĂšre le premier prototype, qui est une bateau de derniĂšre gĂ©nĂ©ration barrĂ© par des skippers professionnels. 

Trace GPS de la course.

La course terminĂ©e il me faut maintenant rĂ©parer ce qui a Ă©tĂ© cassĂ©, optimiser ce qui peut l’ĂȘtre et prĂ©parer le bateau pour la prochaine course le 30/04 au dĂ©part de Pornichet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.